Textes français

Königsberg en Europe. La ville imaginaire d’Emmanuel Kant

Gerfried Horst

En 1724, à Königsberg en Prusse naquit Emmanuel Kant. Il y écrivit toutes ses œuvres et y vécut jusqu’à sa mort, en 1804. De toute sa vie, qui dura près de 80 ans, il ne vit que les paysages de la Prusse orientale et la seule ville de Königsberg. Ses lectures préférées étaient des récits de voyage, mais lui-même ne voyageait pas. Il trouvait à Königsberg tout ce dont il avait besoin.

Königsberg - Kaliningrad - La recherche de l'identit

Gerfried Horst

Michaïl Ivanovitch Kalinine naquit en 1875 dans la région de Tver, sur le cours supérieur de la Volga. Il était fils d’une famille de paysans. Il travailla comme tourneur dans une usine de Saint-Pétersbourg, et adhéra en 1905 au parti social-démocrate russe des travailleurs, le parti de Lénine. Sous les tsars, il fut maintes fois arrêté et envoyé en exil. En 1917, il participa à la révolution d’Octobre. ...

L'histoire de Königsberg

Gerfried Horst

Après son retour de Palestine, l’ordre des chevaliers teutoniques, né de la fraternité que les Croisés avaient nouée en Terre sainte, était à la recherche d’une nouvelle mission. En 1226, le prince polonais Konrad de Masovie fit appel à l’ordre pour l’aider à christianiser les Prussiens païens (une ethnie apparentée aux Lituaniens). En réponse, le grand maître de l’ordre, Hermann von Salza, fit transférer à l’ordre par l’empereur Frédéric II et le pape Grégoire IX la souveraineté sur le territoire de la  Prusse. ...

Les fondements kantiens de l’universalisme européen

Prof. Dr. Monique Castillo

Les Européens sont-ils encore universalistes ? Plusieurs réponses à cette question sont possibles.

La première réponse est qu’ils ne veulent pas identifier leur universalisme à une hégémonie culturelle : leur manière actuelle d’être universalistes consiste à être pluralistes. Leur pluralisme est très spontanément un rejet de leur passé colonialiste (la colonisation des Amériques, de l’Asie et de l’Afrique).

Ulrich Beck, Pouvoir et contre-pouvoir à l‘âge de la mondialisation. ...

Liberté et révolution chez Kant et Arendt

Prof. Dr. Monique Castillo

La Révolution française et la Révolution américaine posent respectivement à Kant et H. Arendt une même question : celle de l'intelligibilité du fait révolutionnaire dans le cadre de la philosophie des Lumières. L'Essai sur la révolution instruit le procès des Lumières à la française : contrat social, droits de l'homme, moralisme rous­seauiste sont autant d'abstractions vertueuses qui ont cautionné la Terreur et fixé dans les esprits l'identification de la révolution à la violence. ...

Kant et l’unité culturelle de l’Europe

Prof. Dr. Monique Castillo

Grâce à l’accueil de Madame Marianne Motherby, la Société des amis de Kant peut donner un prolongement à la sociabilité kantienne, appréciée des convives et amis de Kant. On sait que, lorsque Kant fut assez riche pour avoir une maison à lui (en 1784, au bout de trente ans d’enseignement), il prit l’habitude de partager son unique repas quotidien, servi à l’heure précise, avec quelques invités (dont le nombre ne devait pas dépasser cinq, pour assurer la circulation fluide des propos). Éclectique, il avait pour convives, selon les cas, un médecin, un membre du conseil de guerre, un pasteur, un mathématicien, un négociant anglais, un banquier, un étudiant. De quoi parlait-on ? ...

Il est bon d’être éclairé. Mais par quelles lumières ?

Prof. Dr. Monique Castillo

La lumière de la tradition ou de la révolution peut-être quelque chose qui aveugle ; la lumière de la pure intelligence peut être quelque chose qui rejette dans l’ombre ce qu’elle refuse de comprendre, tandis la lumière de la raison peut être ce qui donne à l’esprit le courage de la lucidité, le courage de voir clair. De quelles lumières notre temps a-t-il spécifiquement besoin ? ...

Identité et culturel : l’exemple français

Michel Deguy

Conférence donnée à l’université Emmanuel Kant le 28 septembre 2010

 

...Cet aparté pour commencer : c’était le temps oùImages ne voulait pas dire photos, mais, pour un écrivain, considérations, phrases, pensées. Autrement dit, un autre âge – hors mémoire et hors vraisemblance pour les jeunes gens d’aujourd’hui. Partout, et c’est peut-être ma question : le « regard » de Valéry sur son « monde actuel » a-t-il encore du sens, de la pertinence, pour aujourd’hui, dans le contexte (2010) d’un « débat sur l’identité nationale ». A la question « qui sommes-nous ? », Valéry répondait il y a cent ans. ...

Le cas K

Michel Deguy

Königsberg, Kant, Kaliningrad… K, ou la métamorphose !

En 2009 je publiai un libelle (« L’Etat de la désunion », Galaad éd., Paris) où je déplorai que le nom de la cité de Kant le célibataire, l’homme d’une seule ville, fût recouvert (à jamais ?) par celui de Kalinine, valet de Staline ; Kaliningrad, donc, où je fus invité grâce à l’entregent de Gerfried Horst qui avait apprécié ces pages, lui-même descendant d’une famille de cette Prusse extrême. Je passai quelques jours dans ce lieu – ville et territoire jusqu’à la Baltique – où j’avais la crainte qu’une « occupation » n’eût effacé la toponymie des vaincus. Je participai à un colloque et donnai une causerie à l’Université… « Kant » !...

Königsberg - Pensées

Gerfried Horst

Ma mère est née à Königsberg peu avant la première guerre mondiale, en 1913. Königsberg était alors une belle ville, la capitale de la Prusse orientale, province d’un pays qui avait trouvé sa place au soleil. Ma sœur est née à Königsberg peu avant la deuxième guerre mondiale, en 1938. Königsberg était toujours une belle ville, capitale de la Prusse orientale, qui, cependant, était séparée du reste de l’Allemagne par le corridor polonais, imposé aux vaincus après la guerre perdue. Moi, je suis né à Marbourg, en 1946, après une autre guerre perdue. La ville de Königsberg était perdue, la Prusse orientale était perdue. Le tombeau de mon grand-père, mort à Königsberg en octobre 1943 dans une ville encore intacte, n’existe plus. …

Hannah Arendt et Königsberg

Gerfried Horst

Au verso du livre d’Hannah Arendt Qu’est-ce que la politique?, publié par les Editions du Seuil, sa vie est décrite comme suit :
Hannah Arendt, née à Hanovre en 1906, est l'une des plus belles figures intellectuelles du XXe siècle. Elève de Husserl, Heidegger et Jaspers, elle s'exile en 1941 aux Etats-Unis, où elle enseignera la philosophie et les sciences politiques. Elle est l'auteur d'ouvrages aussi célèbres que Les Origines du totalitarisme, Condition de l'homme moderne, La Crise de la culture ou Eichmann à Jérusalem. ...

Please reload

© 2019 FREUNDE KANTS UND KÖNIGSBERGS e.V.

  • Facebook Social Icon