Magnus Obermann: Sur les traces de Kant

publié le 06.05.2019 dans le mensuel Königsberger Express

 

Au mois d’avril un groupe de jeunes allemands et russes a visité Kaliningrad à la recherche des traces du passé. Kant et Königsberg dans le Kaliningrad d’aujourd’hui? Une question quelque peu archaïque, dont les réponses sont d’actualité.

 

Ce fut déjà le douzième voyage d’étude dans la Région de Kaliningrad organisé par la Société Les Amis de Kant et de Königsberg qui eut lieu aux alentours de Pâques à l’occasion du 295e anniversaire d’Emmanuel Kant. Cette année un groupe de jeunes composé de dix étudiants russes et allemands y participaient pour la première fois avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères de la République Fédérale d’Allemagne. L’objectif commun des deux groupes est de raviver la philosophie du grand penseur dans sa ville natale et d’explorer de nouvelles voies de coopération russo-allemandes.

 

Le programme de cette année fut très varié. Des conférences et exposés instructifs ainsi que des échanges animés au sujet de la philosophie d’Emmanuel Kant, mais aussi la visite des trésors historiques de la ville de Kaliningrad et diverses excursions dans la région. Le 20 avril la nouvelle exposition dans l’ancienne maison pastorale de Judtschen, aujourd’hui Wesselowka, fut inaugurée de façon solennelle, maison où Emmanuel Kant fut précepteur et où il posa la pierre de sa carrière scientifique. Marina Jadowa, la directrice du Musée Kant de la cathédrale de Königsberg, a annoncé la réalisation d’une maison d’hôte et d’un centre de rencontre, financés par le Fonds Culturel de la présidence russe.

 

Le professeur Chechot de Saint-Pétersbourg enchaîna en soulignant: « C’est ici que l’on pourra créer un endroit qui rendra l’Europe compréhensible. Et d’une façon bien plus profonde que dans ces lieux où l’Europe se dérobe actuellement ». Une affirmation qui correspond exactement à l’objectif principal du programme jeunesse. Selon les projets du président Gerfried Horst, l’échange entre les populations civiles russes et allemandes devra être renforcé au-delà du tricentenaire de Kant en 2024. Un entretien avec le Consul Général allemand Dr. Banzhaf et le professeur Krouglov de Moscou, au sujet de l’identité de la ville et son éventuel potentiel à créer des liens, alla judicieusement dans le même sens.

 

Comme tous les ans le point culminant du voyage fut le traditionnel Repas de la Fève pour fêter l’anniversaire de Kant et dont l’idée et l’origine remontent aux amis personnels de Kant, une fête qui bénéficie d’un intérêt public majeur. Le chanceux qui trouvera dans son gâteau la fève en argent réalisé par un orfèvre, prononcera l’année suivante un discours scientifique de son choix dans un langage courant, tout dans l’esprit de Kant.


Des projets concrets quant à la prolongation du programme jeunesse ont d’ailleurs déjà été élaborés. Les participants se réuniront à nouveau en automne afin de réaliser une carte numérisée de la ville, qui vise à mieux faire comprendre aux visiteurs nationaux et internationaux l’histoire et l’esprit inhérent de la ville. L’espoir persiste que ce projet international aspire non seulement à réunir des personnes venant de différents pays et horizons, mais encore que l’esprit de Kant puisse, à un moment donné, orienter le climat politique international de Kaliningrad.


 

Source : Königsberger Express, Magnus Obermann Auf Kants Spuren. URL: https://archiv.koenigsberger-express.com/indexa024.html?b=1&id=19&a=5&id_article=4238

 

© 2019 Magnus Obermann

 

Traduction: Dr. Marie-Anne Mersch

© 2020 FREUNDE KANTS UND KÖNIGSBERGS e.V.

  • Facebook Social Icon